Les magasins et les boutiques de survie en ligne proposent des catalogues intarissables de produits bon marché qui peuvent vous envoyer à la mort efficacement et à bas prix. Quand une catastrophe vous tombe dessus, pouvoir compter sur votre matériel de survie est essentiel.

Si certains sont prêts à confier leur survie et celle de leurs proches au fournisseur le moins cher, je vous conseille de faire extrêmement attention à la fiabilité des outils que vous achetez. La qualité du matériel s’apprécie doublement quand notre survie en dépend… Et il y a toujours une raison à un prix élevé.

Si je prends l’exemple de Leatherman, c’est vrai que ça fait mal de mettre 100€ ou plus dans un outil multifonction. Mais quand on en a besoin on a sur soi une vrai pince, une vraie lame, une vraie lime, une vraie paire de ciseaux… On peut forcer, en abuser, ça ne se tord pas, ça ne casse pas, ça encaisse. Avec un outil similaire 50€ moins cher, ça ne se passe pas aussi bien parce que l’outil n’a pas été pensé avec les mêmes contraintes, conçu avec le même design et matériaux, testé de la même manière.

J’ai constaté récemment un effet de « collection » chez certains survivalistes qui achètent tout et n’importe quoi pour remplir des cases à cocher dans leur check-list de matériel. La préparation à la survie n’a rien en commun avec un album Panini. Prenez votre temps, achetez de la qualité, vous ne le regretterez pas.

Les compas farceurs

Un compas est toujours conçu pour indiquer le nord et le reste de la navigation vous incombe. Jusqu’ici tout va bien. Mais le problème avec un compas, c’est qu’il pointera malheureusement toujours dans une direction même s’il est déréglé, faussant ainsi toute votre orientation. Contrairement à un filtre qui ne filtre plus où un couteau qui ne coupe plus, le compas se comportera comme si tout allait bien alors que vous suivez une mauvaise direction. Si vous êtes en mer, en montagne ou dans de grands espaces désertiques, partir dans la mauvaise direction équivaut à la peine capitale.

Jetez sans scrupules tous les petits compas gadgets imprécis et fragiles que vous trouvez dans les kits de survie et privilégiez des compas de taille moyenne à grande et de marques reconnues. Et évidemment, ne mettez jamais votre compas à côté d’un aimant ou d’un smartphone au risque d’altérer son fonctionnement. Je vous recommande de faire votre choix dans la gamme Silva, qui équipe notre armée :

La lampe torche possédée par le démon

Une lampe torche a généralement une seule et unique fonction : éclairer. On en trouve de toutes les tailles et à tous les prix, mais je vous encourage vivement à ne pas négliger la qualité de celle sur laquelle vous devrez compter en cas de problème (que vous portez en EDC par exemple).

J’ai récemment fait l’erreur de mettre ma Fenix PD35 de côté pour tester une chinoiserie sans marque qui me semblait correcte… jusqu’à ce qu’elle rende l’âme sans prévenir alors que je me trouvais seul au 3ème sous-sol d’un immense bâtiment désaffecté, me laissant dans l’obscurité la plus totale. J’ai très mal vécu cette expérience et j’ai pu retrouver mon chemin de façon très laborieuse grâce à mon briquet Bic. Si j’avais été non fumeur, je serais encore sûrement bloqué dans les méandres de ce bâtiment.

Le couteau de survie en carton

Avoir un couteau sur soi peut se révéler utile dans de nombreuses situations, de l’usage trivial à l’urgence vitale. Pliant ou à lame fixe, votre couteau doit absolument être solide et affûté. Fuyez les couteaux bas de gamme qui vous laisseront dans le pétrin lorsque vous en aurez le plus besoin : manches et lames qui cassent, fil qui s’émousse à la première utilisation et qu’il est impossible de ré-aiguiser…

Un couteau sur lequel on ne peut pas compter est un poids mort et représente un réel danger : lame qui saute au visage en se brisant, qui se rabat sur les doigts, qui ne coupe pas quelque chose qu’il est vital de couper… S’il n’existe pas de lame indestructible, il y en a d’excellentes qui gardent leur tranchant longtemps et s’aiguisent aisément avec les moyens du bord. Contrairement aux idées reçues il n’est pas nécessaire de dépenser plus de quelques dizaines d’euro pour acheter un bon couteau de survie. Je vous ai présenté les lames que j’utilise dans cet article sur les couteaux de survie et je vous recommande vivement l’excellent Ontario Rat1 en EDC.

Les piles rechargeables et chargeurs pyromanes

Les piles et accus rechargeables sont un des piliers de nos plans de secours. Seulement, on oublie bien souvent que ce matériel est dangereux lorsqu’il est mal utilisé ou endommagé : accus qui fondent, prennent feu, dégazent des fumées toxiques ou explosent, chargeurs qui provoquent des incendies électriques et tirent des flammes de 2 mètres de haut… C’est rare mais ça arrive, et pas qu’aux autres. Pour vous prémunir contre ce risque, 4 actions simples :

Les briquets à roulettes russes

Avoir un briquet sur soi peut s’avérer utile dans de nombreuses situations et en stocker plusieurs dizaines d’unités fiables est vivement conseillé. Sans briquet, pas de feu, sans feu, pas de lumière, pas de chaleur, pas de nourriture chaude, pas de sécurité dans les bois la nuit, etc. Mais attention, tous les briquets ne se valent pas et il y a bon nombre de cochonneries espagnoles ou chinoises qui sont bonnes à jeter, et ce souvent dès le premier usage. Molette qui se bloque, pierre à feu qui disparaît au premier choc, gaz qui s’évapore, etc.

Certains diront que je m’emporte facilement mais quand ça m’arrive, je suis fou de rage. J’ai un amour sans limites pour notre bon vieux briquet BIC qui est une merveille d’efficacité et de fiabilité : j’en ai utilisé des centaines et je les ai tous jeté pour la même raison : ils étaient vides d’avoir trop servi. Jamais un BIC ne m’est resté dans les mains, jamais la roulette ni la pierre ne sont tombés ni ne se sont bloqués sans raison. C’est du bon matériel, c’est fiable, c’est Français, ça fait 3 bonnes raisons de ne pas acheter autre chose. Et la bonne nouvelle, c’est qu’on peut les acheter par boîtes de 50 pour un prix dérisoire.

Les chaussures de clown

Quand je suis dans la rue ou dans les transports en commun, je m’amuse souvent à observer comment les gens sont chaussés. Les souliers en disent très long sur une personne : statut social, hygiène, moyens financiers, métier, etc. 95% des gens que j’observe ont des chaussures de mauvaise qualité en piteux état: elles sont sales, leurs semelles sont plates, trouées et/ou décollées, le tissu est usé voire déchiré.

Comme toutes les bidasses de l’armée le savent, « les pieds sont l’objet de soins constants ». Parce que vos pieds vous portent. Parce que vos pieds vous permettent de marcher, courir, porter des charges, des coups. Se chausser avec des mauvaises chaussures, c’est endommager peu à peu ses pieds, ses chevilles, ses genoux, son bassin, son dos. Il faut vous offrir de vraies chaussures, un modèle sérieux qui maintient vos pieds et vos chevilles, qui vous protège des éléments et qui vous permet d’aller loin et en bonne santé.

Pour ma part, je suis tombé dans la gamme Salomon qui est un bonheur de confort et que je ne peux que vous recommander, vu que je ne porte plus que cela. Gardez en tête que si une bonne paire de chaussure vaut en général autour d’une centaine d’euro, mieux vaut investir dans un bon produit qui tiendra des années plutôt que de dépenser 50€ tous les 6 mois pour être mal chaussé.

La batterie de secours qui a besoin d’une batterie de secours

En cas de pépin, il est important que nous puissions joindre nos proches. Nos téléphones et autres appareils mobiles sont de plus en plus gourmands en batterie et rien ne vaut une batterie de secours pour recharger nos appareils quand les conditions l’imposent. Il existe des produits par milliers et le risque de tomber sur du mauvais matériel est grand. J’ai connu une demi douzaine de déconvenues avant de trouver des modèles performants capables de tenir leur charge sur le long terme et d’assurer leur fonction quand j’en ai besoin. Les produits ci-dessous sont ceux que j’utilise au quotidien :

Le filtre à eau qui ne filtre rien

S’il y a un domaine où il ne faut pas acheter du cheap, c’est bien celui de la filtration et de la purification de l’eau. Un filtre à eau de mauvaise qualité vous empoisonnera vous et vos proches à coup sûr. Le traitement de l’eau est une science complexe et il ne faut pas plaisanter avec le matériel qu’on achète. Fiez-vous uniquement à du matériel éprouvé et entretenez-le consciencieusement, votre santé en dépend directement. Pour la maison, le filtre à gravité Berkey est ce qui se fait de mieux. Pour vos déplacements, le Katadyn Vario est un must.

Et vous, à quel matériel faites vous le plus ou le moins confiance ? Venez partager votre expérience dans les commentaires !

Légendat