Olight S30R Baton III : petite, pratique, endurante et ultra puissante

 

La lampe Olight S30R Baton III produit un faisceau impressionnant pour une lampe de poche. Sa taille et son apparence sont très similaires à celles de la Fenix LD12 que j’ai depuis des années, avec une distinction essentielle : la S30R Baton III est alimentée par une batterie lithium-ion 18650 (3,6v et 3500mAh) et jouit donc d’un rendement largement supérieur et d’un faisceau de projection beaucoup plus focalisé. Avec ces caractéristiques, la Olight S30R Baton III est une excellente lampe de poche polyvalente pour pratiquement toutes les utilisations.

Alimentée par une seule batterie rechargeable au lithium-ion 18650, la Olight S30R III est la parfaite illustration des progrès réalisés en matière d’efficacité des LED depuis quelques années. En proposant un mode turbo de 1050 lumens pouvant fonctionner pendant 200 minutes (soit presque 3,5 heures et j’ai vérifié, ce n’est pas du flan), elle met à l’amende à peu près toutes les autre lampes torches, en particulier celles alimentées par des piles AA. On ne joue plus dans la même cour…

olight S30R III

La lampe est livrée avec son dock de chargement, un accu 18650 de 3500mAh et une dragonne.

J’ai acheté et testé un bon paquet de lampes mais pour une utilisation en extérieur ou sur de longues distances, la Olight S30R III gagne haut la main. Le faisceau est puissant et concentré correctement, c’est un bonheur à l’utilisation. Il est à noter que la finition des lampes Olight est très haut-dessus de tout ce que j’ai pu avoir entre les mains jusqu’ici : c’est du solide, les soudures sont propres, la peinture est de qualité, c‘est exemplaire.

La Olight S30R Baton III est programmée pour fonctionner sur 6 modes distincts :

  • Le mode luciole par Olight offre un éclairage très faible à 0,5 lumens. Suffisant pour éclairer à moins d’un mètre devant vous, ce mode a l’avantage de pouvoir fonctionner pendant plus de 100 jours avec une batterie pleine. Il n’y a pas de faute de frappe, j’ai bien écrit 100 jours et pour nos besoins éventuels, c’est un argument qui pèse son poids.
  • Le mode faible correspond à ce qu’on attend de 12 lumens : bon pour une utilisation rapprochée qui n’exige pas une tonne de luminosité. En mode faible, la durée de vie de la batterie est de 130 heures soit un peu plus de 5 jours en continu, ce qui est très satisfaisant.
  • Le mode moyen développe 120 lumens et est idéal pour probablement 90% des raisons qui nous font dégainer une lampe de poche. Avec une distance de projection très correcte, une excellente zone de dispersion et une autonomie de 15 heures, ce mode est celui que j’utilise le plus.
  • Les modes haut et turbo de la S30R III développent respectivement 500 lumens (210 minutes d’autonomie) et 1050 lumens (200 minutes d’autonomie). Ils sont vraiment impressionnants pour une si petite lampe, qui s’avère être un véritable phare. Il y a de quoi éclairer une pièce entière ou se faire fondre la rétine sans problème…
  • L’accès rapide au mode stroboscopique par triple clic est également une bonne chose. Si vous vous trouvez soudain dans une situation de danger et que vous devez donner votre position, ou de légitime défense où vous devez désorienter quelqu’un, vous pouvez entrer directement en mode stroboscopique en appuyant 3 fois sur le switch, que la lumière soit allumée ou éteinte.

Contrairement à la LD12 que j’utilise également au quotidien, la S30R Baton III n’est pas dotée d’un interrupteur tactique situé sur le culot. Ce n’est pas gênant et c’est même mieux puisque le switch est idéalement situé et il est très facile de passer d’un mode d’éclairage à un autre. Pour en revenir sur l’absence de switch tactique, je préfère finalement cette configuration puisque la S30R III a également l’avantage d’avoir un culot plat et aimanté, ce qui permet son utilisation en mode chandelle et de la fixer sur des objets métalliques afin d’avoir les mains libres (capot de voiture par exemple). La LD12, pour rester sur son exemple, ne tient pas en chandelle à cause de son switch tactique proéminent.

Le corps de la S30R III est bien construit. La batterie ne bouge pas d’un iota dans son compartiment, qui est étanche selon la norme IPX-8 (résistant à l’eau jusqu’à 2 mètres de profondeur pendant 30 minutes). Avec un clip de poche et une lanière incluse, vous pouvez porter cette lampe à peu près comme vous le souhaitez.

La caractéristique qui m’a décidé à acheter cette lampe est qu’elle est livrée avec un dock de chargement USB magnétique. J’en avais assez de devoir sans cesse changer la pile de ma LD12 et de ne plus pouvoir utiliser le mode turbo dès qu’elle était un peu déchargée. Et aussi, je commence à en avoir assez de jongler entre les batteries AA vides, les pleines, les vides que je crois pleines….

La Olight S30R Baton III se fixe magnétiquement à son dock de chargement et on recharge donc la batterie par induction sans avoir à la retirer de la lampe. Dès que je rentre à la maison, je pose ma S30R III sur sa base et je la récupère avant de sortir, c’est vraiment très pratique. Un voyant rouge indique que la lampe est en charge et passe au vert lorsque la charge est terminée.

Vous pouvez trouver la Olight S30R Baton III et ses accessoires pour moins de 80€ sur Amazon.

NB : Attention si vous avez déjà des batteries 18650 dans vos stocks, les Olight 18650 3,6v 3500mAh sont à ma connaissance les seules à être étudiées pour la recharge par induction. Vous pourrez utiliser vos 18650, mais pas les recharger avec le dock, il faudra passer par votre chargeur classique. Les accus Olight sont excellents et j’en ai commandé 2 de plus pour être tranquille. N’oubliez pas que les accus 18650 sont dangereux s’ils sont mal stockés et qu’ils doivent toujours être transportés dans des étuis spécifiques afin d’éviter les accidents.

Légendat

 

PS: Voici une vidéo montrant les divers modes d’éclairage ainsi que des torture tests de la lampe.