Cet article va être un peu différent des autres. Pas de matériel ou de techniques de survie cette fois. Tuer en légitime défense pour un civil est un sujet dont je veux discuter avec vous parce qu’il est souvent évoqué, mais ses conséquences beaucoup moins. Cela fait un moment que je réfléchis à ça et chaque fait divers de légitime défense me ramène à mes réflexions sur les conséquences psychologiques d’un tel acte pour une personne non aguerrie combat.

La violence. C’est un mot qui abreuve notre société et qui fascine notre espèce. Nous adulons sa puissance et l’élevons à quelque chose de presque artistique : littérature, cinéma, dessins animés, séries télévisées, informations, musique…la violence est partout. Comme l’argent et le sexe. Les 3 piliers de notre société sont bien inquiétants.

Il y a quelque temps, je suis tombé sur un article détaillant les 5 principales façons de tuer un cambrioleur armé. Ce genre billets de blogs détaché est devenu la pierre philosophale de certains sites survivalistes qui incitent à s’armer lourdement et à ouvrir le feu à la première opportunité. Je vais être clair, tuer en légitime défense ne me choque pas et ne me pose aucun problème éthique. Le problème que je vois dans la plupart de ces articles, c’est qu’on laisse un éléphant dans la pièce en faisant mine de ne rien voir. Cet éléphant qui est souvent complètement ignoré, ce sont les conséquences psychologiques d’un meurtre. Légitime défense ou pas, c’est un très, très gros éléphant.

On peut se fantasmer en justicier flamboyant mais la conséquence froide de l’utilisation d’une arme létale sur un individu, c’est un cadavre sur le sol. Et avant d’en arriver à cette vision désolée, il faut avoir le cran d’attenter à la vie de cette personne. Facile, direz-vous ?

tuer un cambrioleur en légitime défense

Ce monsieur ne vient pas vous border.

En tant qu’espèce, nous parlons de vie, de survie et de mort chaque jour. Des notions qui s’entremêlent, finalement. Un jour, nous devrons peut-être tuer pour survivre et protéger la vie de nos familles –et nous le ferons– mais la réalité objective est que le meurtre est la conclusion brutale d’un acte violent dont peu de personnes sont capables de se remettre.

Vous êtes peut-être assis à la maison en pensant que si vous deviez protéger votre famille vous tueriez sans hésiter et je vous rejoindrais à 100% en ce qui concerne cette évaluation. Je n’ai aucune réserve à propos de la défense de mes proches, ni aucune hésitation. Cela étant dit, tuer en légitime défense est très différent du mythe héroïque qu’Hollywood nous enfonce dans la gorge à longueur de temps.

J’ai récemment lu un excellent livre sur le sujet, disponible uniquement en anglais mais qui se lit très bien. On Killing: The Psychological Cost of Learning to Kill in War and Society de Dave Grossman explique comment la société civile et l’armée poussent les hommes à outrepasser leur aversion naturelle pour le meurtre et les conséquences que cela engendre. C’est un ouvrage unique en son genre qui mérite d’être lu, je vous le recommande.

Dans notre préparation survivaliste, nous tentons chaque jour de prévoir des événements qui bouleverseraient nos vies. Pour la plupart, ce sont des troubles ponctuels. Tuer un homme ou plusieurs, en légitime défense ou pas, a des conséquences irréversibles et perpétuelles.

J’aimerais entendre vos pensées sur le sujet. Où êtes-vous de cette réflexion ? Avez-vous, vous ou vous proches, vécu des situations de légitime défense et quelles en ont été les conséquences ?

Légendat