L’évacuation d’urgence est un sujet populaire qui reste toujours en suspens. Quand on parle de fuir son domicile, on évoque souvent l’assemblage des sacs d’évacuation et le choix du point de chute mais nos cerveaux, qui ont horreur du vide, éludent généralement les questions qui fâchent :

  • Quel est l’événement qui doit déclencher notre évacuation d’urgence ?
  • Quand faut-il prendre la décision de fuir son domicile  ?
  • Comment nous organiserons-nous, réellement, pour prendre la fuite sans paniquer ?
  • Pourrons-nous procéder à l’évacuation ou les conditions nous empêcheront-elles de le faire ?

Soyons clair, personne ne sait quand, pourquoi ni comment il nous faudra prendre la fuite ni si nous devrons le faire un jour.

Et l’idée de tout abandonner, de laisser tout ce qu’on connait et tout ce qu’on possède derrière nous -peut-être pour toujours- est terrifiante.

Alors souvent, on se prépare partiellement. Juste assez pour avoir la conscience tranquille et pour éluder les questions qui nous tiraillent et auxquelles nous n’avons pas de réponses.

Je vais vous donner mon humble avis et quelques conseils sur le sujet, que j’ai déjà traité par ailleurs.

Travaillez votre timing d’évacuation d’urgence

Un aspect souvent négligé de l’évacuation est le temps qu’il faut pour la mettre en route. Nous aimons tous penser que nous serons capables de sauter dans nos voitures avec nos proches et nos affaires en un éclair, mais la réalité est très différente quand il s’agit réellement de fuir son domicile.

En l’état de ma préparation actuelle, il me faudrait au minimum 1 heure pour être prêt à partir avec ma famille sans rien oublier. C’est excessivement long.

L’évacuation pour un célibataire n’est pas la même chose que l’évacuation pour un couple avec des enfants en bas âge. Chacun doit se mettre face à sa réalité et composer avec ses contraintes sans se voiler la face, car en matière de survie se bercer d’illusions mène en ligne droite à la mort.

évacuation d'urgence

Toutes les catastrophes qui nous touchent depuis 3 ans ne sont que le début de la confrontation avec la réalité que nous risquons de subir prochainement.

Pour procéder à une évacuation d’urgence, vous devez avoir tout préparé à l’avance.

Préparez votre nécessaire de fuite

Il est impératif de lister tout ce dont nous aurons besoin pour effectuer le trajet et tout ce que nous ne pouvons pas laisser derrière nous. Des sacs remplis de tout cela doivent être stockés près du véhicule pour vous permettre de charger et de partir le plus rapidement possible.

Doudous des enfants, originaux et doubles administratifs, médicaments importants, argent, armes, clés en tous genres, carburant, tout ce que vous jugez nécessaire et vital doit être prêt pour un départ en catastrophe.

Pré-emballez tout ! Si vous pensez pouvoir organiser une évacuation d’urgence à la dernière minute, vous êtes dans un déni que vous risquez de payer de votre vie. Fuir son domicile sans savoir si on pourra y retourner ne s’improvise pas.

Je vous conseille également d’identifier les sacs contenant du matériel vital à l’aide d’un code couleur (étiquettes ou couleur de sac).

Si vous devez vous séparer d’une partie de ce que vous transportez, vous préférerez abandonner un sac de vêtements au bord de la route plutôt que le sac contenant vos médicaments, votre arme et vos passeports.

Explorez vos itinéraires d’évacuation d’urgence

Si vous avez plusieurs itinéraires de fuite qui vous garantissent de pouvoir évacuer votre zone, vous avez de la chance.

Pour ma part, je sais que quitter l’Île de France sera un défi potentiellement insurmontable si la situation dégénère et il en va de même pour tous les habitants des grandes villes du pays.

fuir son domicile évacuation d'urgence

Un itinéraire qui avait l’air parfait sur un plan routier peut s’avérer mauvais en pratique, et inversement.

Prenez le temps d’étudier vos options de fuite avec et sans votre véhicule quitte à faire de grands détours en cas de besoin.

Planifiez autant d’itinéraires d’évacuation que possible et montez dans votre véhicule et parcourez-les pour identifier ce qui pourrait devenir un danger ou un obstacle.

Si vous prévoyez d’évacuer à plusieurs véhicules, prévoyez des talkies walkies puissants et simples d’utilisation pour que les conducteurs puissent rester en contact.

Prenez la décision d’évacuer avant les autres

Certains événements peuvent survenir soudainement (coulée de boue nocturne, catastrophe industrielle, etc.) et il est alors impossible de fuir son domicile.

Mais beaucoup de situations de crise, comme les pandémies, présentent des signes avant-coureurs auxquels nous devons prêter attention.

Si vous prêtez attention à ces signes et que votre instinct vous hurle de prendre la fuite, quitter la zone au plus tôt vous aidera à garder une longueur d’avance sur la foule qui attendra la dernière minute pour se décider à partir.

Dans la situation actuelle par exemple (tensions internationales suite à l’invasion Russe en Ukraine), le déclencheur serait pour moi une entrée en guerre de l’OTAN contre la Russie et ses alliés. Je n’attendrais pas que l’un ou l’autre se décide éventuellement à déclencher le feu nucléaire.

Et quitte à y rester, je préfère que ce soit ailleurs que dans un petit appartement parisien. Dans le doute, j’irais me mettre au vert et tant mieux si rien ne se passe et c’est vrai pour un tas d’autres situations également. Mieux vaut prévenir que guérir.

Préparez votre véhicule pour une évacuation d’urgence

Votre véhicule est l’outil qui vous permet de vous éloigner de la zone de danger rapidement et de transporter tout ce qui est nécessaire à votre survie ou presque.

Qui veut voyager loin ménage sa monture. Assurez-vous que votre voiture fonctionne correctement : faites votre entretien, vérifiez l’état de la batterie, de vos pneus, de vos niveaux, de votre roue de secours, bref assurez-vous de ne pas prendre la fuite dans un cercueil roulant.

évacuation d'urgence en cas de crise

Le moment serait mal choisi pour constater qu’il n’y a plus d’huile moteur ou de liquide refroidissement.

Surtout, gardez toujours le réservoir de carburant aussi plein que possible, même si le litre coûte 2€. S’enfuir dans une voiture qui a de quoi rouler 100km au maximum n’est pas très judicieux…

Lors d’un épisode d’évacuation d’urgence, les stations-service peuvent être prises d’assaut ou ne pas fonctionner pour X raison, la plus plausible étant des cuves vides ou un dysfonctionnement des terminaux de paiement par CB.

Stockez assez de carburant pour faire un plein complet si vous le pouvez et surtout n’oubliez pas de placer un kit d’urgence automobile complet dans votre véhicule.

Planifiez l’abandon de votre véhicule principal

Personne, moi le premier, ne veut penser sérieusement à l’idée d’abandonner son véhicule dans une situation d’évacuation, mais envisager cette éventualité est essentiel et vous aidera à garder une longueur d’avance sur les problèmes graves que cela implique.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles un véhicule peut devoir être abandonné : embouteillages monstres, route impraticable, panne de carburant, panne du véhicule, barrage, accident, menaces imminentes et plus largement toute autre cas de figure qui rendrait le fait de rester dans votre véhicule plus dangereux que de l’abandonner au bord de la route.

fuir son domicile

Et ça peut vous arriver de nuit, sous la pluie, sous la neige, ou avec quelque chose aux trousses.

Tout d’abord, vous allez devoir déterminer quels sacs vous emmenez et quels sacs vous abandonnez (d’où l’utilité de les marquer pour savoir lesquels sont importants).

Cela implique que chaque personne en âge de porter une charge devra prendre un sac sur son dos, il faut donc avoir prévu de disposer les choses importantes dans des sacs à dos pour chacun des membres du groupe (vous n’allez pas traîner une valise au bord d’une autoroute).

Il est possible que vous deviez marcher plusieurs dizaines d’heures voire plusieurs jours pour atteindre votre destination. N’oubliez pas d’intégrer de quoi vous abriter, vous réchauffer et de quoi vous hydrater et vous restaurer dans vos sacs d’évacuation.

Embarquez des modes de transport alternatifs

Cette option s’adresse essentiellement aux personnes qui possèdent un gros véhicule. Si vous pensez que c’est une option viable, réfléchissez aux modes de transport alternatifs qui peuvent être transportés par votre véhicule principal.

Le plus évident est de transporter des vélos, qui représentent un moyen d’évacuation très sous-estimé. Mais encore faut-il que chaque membre puisse faire du vélo (enfants en bas âge, personnes porteuses de handicaps, personnes âgées, etc.).

Gardez aussi à l’esprit que plus votre véhicule sera chargé, plus vous consommerez de carburant. Si vous avez plus de 450km à parcourir avec des heures d’embouteillages à la clé, cette donnée n’est pas anodine.

Réussir sa fuite ne s’improvise pas

Pour qu’un plan d’évacuation soit fiable et fonctionnel, il faut y consacrer beaucoup de réflexion, de temps et d’actions mais surtout, il faut avoir le courage de l’exécuter.

Je le répète, si votre instinct vous dit de partir, écoutez-le sans penser au temps que vous avez passé à choisir votre maison ni à ce que dira votre patron si vous ne pointez pas le lendemain matin. Tout cela, au fond, ne compte pas.

Surtout si toutes ces choses sont vouées à disparaître.

En cas d’urgence ce travail de planification de votre fuite vous permettra de sauver votre vie et celles de vos proches en gardant une longueur d’avance sur une foule paniquée ou sur la catastrophe que vous fuyez.

Fulmen adveho !

Légendat